• Après le rhume qui fout à plat, les intéractions médicamenteuses qui foutent en l'air, quel malheureux incident pouvait bien survenir ensuite? Je vais lâcher un mot qui fait peur, un mot qui fait fuir, qui donne des suées et inscrit un rictus de dégoût passager sur le visage de celui qui l'entend prononcer: gastro.

    Et encore.

    Je n'ai eu droit, par chance, ni à l'évacuation douloureuse du contenu de l'estomac par le haut, ni à celle du contenu des intestins vers le bas. Seulement d'horribles spasmes abdominaux comme si l'on m'avait étripée. Sans parler des frissons et des courbatures.

    J'ai bu du Coca et mangé des portions d'anorexique de mets très diététiques le temps que ça a duré...

    Je mets une photo du soleil qui revient après plus de quinze jours de flotte, pour la touche positive.


    1 commentaire
  • Que peut-il arriver de pire lorsqu'on à le nez qui fuit toute la journée, de la fièvre, les jambes falgeolantes, et des sinusites telles qu'on a l'impression que Thor nous donne des coups de son marteau divin dans l'oeil? Réponse: que le remède soit pire que le mal. Ainsi, si le Fervex est un médicament très efficace en temps normal, lorsqu'on est sous traitement antidépresseur, antipsychotique et antianxieux, les intéractions médicamenteuses ont le malheur de vous rendre littéralement droguée (et très mal). C'est ainsi que je reviens d'une longue agonie de deux jours durant lesquels j'ai dû ressembler à une loque humaine pis qu'un heroïnomane en manque.


    2 commentaires
  • Tel un robinet qui fuit, mon nez déverse inlassablement un liquide que je ne décrirai pas pour ne pas vous dégoûter à jamais d'avoir posé les yeux sur ce site. J'use plus de papier qu'un imprimeur de journaux à sensation et je suis plus shootée par les médicaments qu'un junkie en plein trip. Ah! Et mon nez fait concurrence à celui de Cyrano de Bergerac. M'enfin je vais bien.

     

    meds3
     
    Snif.

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires